CONFLIT ERYTHREE - ETHIOPIE

L'indépendance de l'Erythrée le 23 mai 1993 est rapidement suivie d'un accord d'amitié de défense et de coopération avec l'Ethiopie en juillet 1993, et de protocoles établissant une garantie de libre accès de l'Ethiopie aux ports d'Assab et de Massawa.

Cette concorde ne résiste pas aux intérêts économiques divergeants, qui traduisent, dans les faits, les tensions politiques croissantes entre deux nationalismes.

Le commerce Ethiopien se détourne progressivement d'Assab vers Djibouti, l'Erythrée adopte une monnaie nationale, le nakfa, au détriment du birr éthiopien qui avait cours dans les deux pays, puis la liberté des échanges financiers et commerciaux sont suspendue.

Le 12 mai 1998, les troupes érythréennes pénètrent à Badmé, ville revendiquée par l'Erythrée mais administrée par l'Ethiopie. Un conflit particulièrement meurtrier, s'engage alors.

Après l'échec d'un plan de paix américano-rwandais, l'OUA entreprend une médiation, qui n'est acceptée par l'Erythrée qu'après un fort recul de ses forces face aux troupes éthiopiennes à Badmé, le 27 évrier 1999.

La forte implication de l'Algérie, relayée par les pressions exercées par le Conseil de sécurité des Nations Unies et par l'Union européenne, permet la signature d'un accord de cessation des hostilités, le 18 juin 2000 après une offensive de l'Ethiopie qui permet l'occupation de plus de 1/6 ème du territoire érythréen, conduisant au déplacement de 300'000 personnes hors de leur zone de résidence habituelle.

Un accord global de paix est signé à Alger, le 12 décembre 2000, les dispositions retenues à Alger prévoient la délimitation de la frontière par une comission arbitrale, ainsi que le déploiement sur cette frontière d'une force des Nations Unies (pour plus de détails voir MINUEE) pour garantir le cessez-le-feu.

La commission arbitrale, composée de juristes européens, a rendu ses conclusions le 13 avril 2002. Celles-ci son fondées sur les principes généraux du droit international, ainsi que sur l'étude de la frontière tracée au temps de la colonisation italienne. Source : Rapports de Sénat CAED


CHRONOLOGIE

1998

6 Mai : Premières escarmouches entre les forces Erythréenne et les gardes éthiopiennes à la frontière.

27 Mai : Les combats débordent dans la région du nord-ouest de Tigray à Badmé.

7-8 Novembre : L'Ethiopie est d'accord pour un plan de paix durant le sommet de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA) à Ouagadougou. Le plan réclame le retrait des troupes Erythréenne des secteurs contestés et de le déploiement des forces de paix.

1999

4 Février : Combats meurtrier à Badmé. L' envoyé spécial de l'Onu, Mohamed Sahnoun part pour une mission à Asmara.

27 Février : L'Erythrée accepte le plan de paix de l'OUA après des défaites sur la rive occidental et la perte de Badme.

16 Mai : L'Ethiopie bombarde le port de Massawa en Erythrée.

4 Septembre : L'opposition de l'Ethiopie durant les discussions techniques et insiste sur le fait que l'Erythrée doit retirer ses troupes hors des secteurs réclamés par l'Ethiopie créer la rupture, L'Erythrée déclare la guerre.

2000

23 Février : Des combats éclatent. Les envoyés des USA et de l'OUA effectuent des navette diplomatiques.

30 Avril : Les entretiens indirects s'ouvrent à Alger sous l'égide de la OUA, mais se décomposent six jours plus tard.

24 Mai : L'Erythrée accepte un appel de l'OUA pour retirer ses forces des positions tenues en 1998. L'Ethiopie indique qu'elle "a libéré" une ville importante dans une zone frontalière contestée.

29 Mai : Les entretiens indirects de paix reprennent à Alger, bien que les combats continuent avec l'Ethiopie.

18 Juin : Le cessez-le-feu est signé à Alger sous les auspices de OUA. Cette guerre a faite 70'000 victimes.

15 Septembre : L'Onu autorise le déploiement d'une force de 4,200 casques bleus, la mission de l'Onu pour l'Ethiopie et Eritrea (UNMEE anglais et MINUEE français).

23-27 Octobre : Entretiens directs de paix depuis mai 1998.

12 Décembre: L'Ethiopie et l'Erythrée signent une entente de paix à Alger.

2001

Avril 18 : La MINUEE a installé une zone-tampon de 25 kilomètre le long de la frontière Éthiopienne-Erythréenne.

Décembre : La commission des frontières internationales basée à la Hague, commence le travail de la définition des frontières entre les deux pays. La commission d'arbitrage a attribuée à l'Erythrée la localité de Badmé, à la Haye le 13 avril 2002.

2002

4 Février : La principale opposition de l'Ethiopie qui pèse sur la commission des frontières est la revendication de l'accès de l'Ethiopie vers la mer.

15 Mars : L'Onu prolonge le mandat de la MINUEE jusqu'au 15 septembre.

La situation militaire dans la zone provisoire de sécurité (TSZ) et les secteurs adjacents sont tendue et potentiellement volatile. L'interdiction imposée par le gouvernement Erythréen aux hélicoptères de la MINUEE continue. Cette semaine un grand nombre de mouvements de troupe ont été notés des côtés Ethiopiens et Erythréens de la frontière. Un nombre considérable de restrictions ont été placés sur le mouvement du personnel de la MINUEE à l'intérieur de la zone provisoire de sécurité, dans les secteurs centre et à l'ouest. Les mouvements et les patrouilles de nuit de la MINUEE dans certains secteurs ont été également raccourci.


Les dernières positions du gouvernement Erythréen sur ce conflit (PDF)

Entree| Presse| Annonce| Voyage| Hôtels| Cartes| Histoire| Langues|Ecriture|Population| Femmes| Livres|Cuisine| Musique| Statistiques Calendrier| Artistes| Photos| Vidéo| Dictionnaire| Liens|